Réparation Sony D-Z555

Le Discman Sony D-Z555 est très prisé des collectionneurs. Ce baladeur commercialisé entre 1990 et 1992 est équipé d’une sortie numérique optique permettant de le relier à un convertisseur N/A externe ou encore au baladeur enregistreur Mini-Disc contemporain, le MZ-1. Il est reconnaissable à ses deux afficheurs LCD, celui situé sur la partie supérieure permettant de visualiser les différents effets et réglages audio (surround, égaliseur 5 bandes, etc.) via un barregraphe multifonctions.
A l’intérieur, le D-Z555 est équipé d’un filtre numérique effectuant un suréchantillonnage x8 (CXD2551) suivi de deux convertisseurs N/A Burr Brown PCM66P. Ce montage est équivalent à ce que l’on pouvait trouver sur les plus prestigieux lecteurs de salon au début des années 90, ce qui explique les remarquables qualités audio de ce petit lecteur, tant en fonction nomade qu’en platine de salon.
Suivant la date de fabrication, le bloc optique est un KSS-222A, KSS-167B ou KSS-320B.
Les photos suivantes montrent un entretien de base, à savoir le déblocage de la mécanique de tracking et le remplacement de condensateurs chimiques CMS et traversants. L’opération est globalement similaire à celle effectuée sur le Sony D-250.

PHOTOS

Sony D-Z555 - Réparation
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Le lecteur terminé et reparti pour une deuxième vie :

PHOTOS

Sony D-Z555
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Yamaha CD-X1 et CD-X2

Le Yamaha CD-X1 est équipé d’un bloc optique Mitsubishi MLP-1. Comme déjà évoqué sur ce site, ce bloc optique d’une conception très fragile vieillit mal (voir page 41 de cette rubrique par exemple).

Yamaha CD-X1
Cliquez pour agrandir

La plupart des lecteurs qui en sont équipés souffrent du même symptôme, à savoir la défectuosité du prisme situé sur le chemin optique, ce qui rend le lecteur définitivement inutilisable.
J’ai eu la déception à plusieurs reprises en ressortant des lecteurs embarquant un MLP-1 - et n’ayant pas été utilisés depuis plusieurs années - de constater qu’il ne fonctionnaient plus ou très mal, alors qu’ils avaient été vérifiés et / ou remis en état et fonctionnaient parfaitement avant leur rangement.
Le MLP-1 vieillit mal, même si on ne l’utilise pas !
En outre, le Yamaha CD-X1 est un lecteur essentiel à ma collection, de par la prouesse technique (miniaturisation, simplification, intégration) réalisée par le fabriquant en 1983... et aussi pour sa bonne bouille.
Bien qu’il me reste quelques exemplaires fonctionnels, j’ai imaginé une solution un peu radicale pour pouvoir continuer à utiliser ce joli petit lecteur vintage : intégrer un Yamaha CD-X2 à l’intérieur du boitier du CD-X1, tout en conservant la face avant du CD-X1 et en profitant de la plus grande fiabilité du bloc optique du CD-X2.
Durant les années 80, Yamaha proposait déjà un kit de remplacement optique avec adaptation électronique, lors des retours en SAV du CD-X1. Ce kit (DM-8) était notamment composé d’un bloc optique MLP-3 (devenu introuvable) ou d’un bloc optique DG-1.

Hormis le bloc optique (MLP-1 pour le CD-X1 et MLP-2 pour le CD-X2), les CD-X1 et CD-X2 sont assez proches techniquement. Le chipset est quasi identique et les premiers CD-X2 sont équipés du même convertisseur Burr-Brown que le CD-X1.
Sur les versions suivantes, le PCM53 est remplacé par un convertisseur 16 bits Yamaha, le YM4006. Les deux coffrets en plastique sont identiques hormis quelques perçages et renforts (pour la prise casque du CD-X2 notamment), ce qui m’a facilité le déport de l’électronique du CD-X2 dans le boitier du CD-X1.

La principale et relative difficulté a consisté à installer la face avant du Yamaha CD-X1 sur le CD-X2. Pour ce faire, il m’a fallu transplanter et adapter le processeur principal de CD-X1 sur le CD-X2 et ajouter quelques composants, les claviers et afficheurs des deux lecteurs étant différents.

Enfin, ayant en ma possession un petit lot de MLP-2 neufs en stock (et de CD-X2), il eut été dommage de ne pas tenter ce swap, montré en images ci-dessous :

PHOTOS

Yamaha CD-X1 et CD-X2
Cliquez pour agrandir

A gauche, le CD-X1, à droite le CD-X2. Les deux sont équipés de blocs optiques neufs et embarquent dorénavant la même électronique (modifiée sur le CD-X1). La pose d’un optique MLP-2 neuf nécessite un alignement électrique complet après réglage de la grille de diffraction (grating) via l’orifice situé sous le bloc optique. A noter qu’un tournevis plat suffit pour effectuer ce réglage indispensable mais très précis

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Photos prises pendant l’alignement électrique

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

La nappe de fils verts correspond à la modification avec adaptation du processeur du CD-X1 à l’électronique du CD-X2. Puisque le lecteur n’est plus d’origine, j’ai remplacé la Led verte de présence disque située sous le tiroir par une Led CMS d’un vert plus moderne

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

A gauche, la modification apportée au CD-X1. A droite, le CD-X2, avec une vue sur la prise pour casque, absente sur le CD-X1

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Les premiers essais du CD-X1 terminé

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Les premiers essais du CD-X2 terminé

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Le CD-X1 conserve sont châssis d’origine

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

CD-X1 & CD-X2

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

A droite, un CD-X1 dans sa version Sansui (PCV-300), entièrement d’origine et toujours parfaitement fonctionnel...pour le moment


Petit bricolage certes, mais qui me permet d’utiliser un Yamaha CD-X1 parfaitement fonctionnel au quotidien depuis quelques temps.

RECHERCHE