Page précédente | Page 79 |
Réparation lecteur CD Nakamichi Dragon

Les Exifs des photos m’indiquent que j’ai commencé cette réparation le 1er avril 2018 et les jours qui ont suivi... Un an bien tassé, ce qui explique que je n’ai plus forcément tous les détails de ce poisson d’avril en tête. Quoi qu’il en soit, c’est bien à un dragon que j’ai été confronté ce jour là.
Dragon CD, Dragon DAC, Dragon PS (Power Supply) sont les 3 éléments qui composent l’ensemble Nakamichi Dragon CD commercialisé en 1995. Ce matériel, fourni avec deux unités d’alimentation (PS) présentait plusieurs défauts probablement apparus suite à un long voyage mouvementé depuis le Japon suivi d’un long stockage.
A la mise sous tension, les afficheurs des 2 blocs PS indiquaient le message d’erreur "Er 99", et un des deux blocs de pilotage / alimentation présentait un défaut de rétroéclairage d’afficheur. Aucun autre signe de vie n’était décelable sur l’ensemble, si on excepte l’illumination du bandeau de repérage de numéro de disque sur la partie CD.

PHOTOS

Mise en service
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Démontage de la section CD :
Il s’agit d’un chargeur 7 CD’s en plastique. Vu la valeur commerciale du matériel, c’est évidemment un peu décevant au premier abord. Ceci-dit, cet ensemble à tiroir unique appelé "MusicBank System" par la marque était novateur au début des années 1990 (mécanique apparue sur le Nakamichi MB-4s dès 1993), ensemble succédant au montage MusicBank déjà présent en 1991 sur le Nakamichi "CD Player 1" et sur le fameux lecteur Nakamichi 1000MB. Cette solution mécanique multi-disques s’est démocratisée dans la décennie suivante sur les mini-chaines notamment.
L’efficacité et la rapidité de cette mécanique tout plastique Nakamichi sont assez surprenantes, avec une impression de fiabilité...une fois réparé. Le bloc optique Sanyo SF-91 associé à une électronique efficace permet d’avaler tous les disques sans broncher avec des temps de réactions étonnants.
Le lecteur a visiblement subi des chocs suite à un transport mouvementé et il m’a fallu procéder à un démontage de cette quincaillerie afin de réparer les dégâts, au rang desquels un ergot d’ascenseur et un capteur de fin de chargement de disque cassés, de la cosmétique tordues et des suspensions mécaniques à graisse percées et en fuite. Voici quelques photos de cette réparation de la mécanique :

PHOTOS

Nakamichi Dragon (Changeur CD)
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Même traitement pour la partie "Dragon DAC", c’est à dire le bloc dédié à la conversion numérique / analogique du signal en provenance de l’ensemble mécanique présenté précédemment. Au milieu des dégâts d’ordre cosmétique, on note la qualité de la réalisation électronique avec composants de premier choix : 4 x convertisseurs 18-bit PCM1700P précédés d’un chipset Yamaha YM3623B / NPC SM5843AP (interface audio-numérique et filtre numérique 8X), ou 4 x convertisseurs 24-bit PCM1704U précédés d’un chipset Sanyo LC89055 / Burr-Brown DF1704 (selon l’année de production), condensateurs électrolytiques aluminium Muse, etc.
A suivre des photos de ce DAC, au sujet duquel je m’interroge toujours en ce qui concerne l’utilité de la trappe articulée sur la face avant...

PHOTOS

Nakamichi Dragon (DAC)
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Ci-dessous, des photos prises lors du démontage des deux blocs d’alimentation, avec remplacement de lucioles sur l’un des deux pour régler le défaut de rétroéclairage.

PHOTOS

Nakamichi Dragon (PS)
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Le lecteur terminé et reparti pour une deuxième vie :

Ensemble CD Nakamichi Dragon
Cliquez pour agrandir

Pour terminer ce bref compte-rendu, une grosse critique liée à l’utilisation de ce matériel en raison de l’impossibilité de visualiser le nombre de disques chargés, ni les emplacements utilisés, les 7 lucioles correspondant aux 7 tiroirs étant en permanence allumées avec ou sans disques insérés.
Mis à part ce gros défaut bien gênant, l’ensemble est vraiment plaisant à utiliser pour peu qu’on aime l’esthétique pour le moins particulière. J’ajoute des photos du système dont j’ai pu "profiter" pendant quelques temps.

PHOTOS

Ensemble CD Nakamichi Dragon
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Réparation Onkyo DX-6990 (DX-G10)

Le lecteur CD Onkyo DX-6990 (DX-G10 / C-2001 selon le lieu de commercialisation) est un « monster player » produit entre 1988 et 1990. Son poids de 27 kg en fait un des plus massifs lecteurs jamais construits. Techniquement, c’est aussi un de plus impressionnants, avec sa mécanique linéaire Sony BU-1E et son électronique novatrice élaborée sans concession.

Onkyo DX-6990 / DX-G10 / C-2001
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Le lecteur à son arrivée


L’appareil est physiquement construit en deux parties distinctes, sous la forme de deux cartes isolées l’une de l’autre et alimentées par deux transformateurs séparés. Ces sections électroniques implantées sur deux circuits imprimés superposés sont isolées galvaniquement entre elles par l’utilisation d’un bus optique à 5 optocoupleurs à fibres optiques. Ce mode de transmission optique des données audio-numériques permet d’éviter les interférences HF (DSI) au niveau de l’étage analogique situé en aval.

Le premier montage comprend la section mécanique et ses circuits associés ainsi que le traitement numérique et la partie émettrice du couplage optique pour l’envoi des données présentes en sortie du filtre numérique vers la deuxième carte. Ce montage est constitué autour du chipset suivant :

  • CXA1081V ➔ Ampli RF
  • CXA1082AQ ➔ Processeur de signaux d’asservissement mécanique
  • CXD1125QZ ➔ Processeur de signal numérique
  • YM3414 ➔ Filtre numérique à suréchantillonnage 8x

Le deuxième montage comprend la section analogique, depuis la réception optique des données en provenance du filtre numérique. La conversion numérique / analogique des données audio est effectuée par deux modules nommés « opto-converter » intégrant chacun un convertisseur Burr-Brown PCM64P, dont la source de courant est obtenue à partir d’un opto-coupleur pour une plus grande stabilité, exempte d’interférences électro-magnétiques.


Cliquez pour agrandir

Un des deux modules "Opto-Converter" à base de PCM64P


A noter qu’une liaison électrique entre les deux cartes est présente pour le pilotage et l’alimentation de deux optocoupleurs supplémentaires (1 par DAC) pour l’isolement galvanique de l’échantillonnage / blocage du circuit deglitcher en sortie des PCM64P. Ces optocoupleurs placés au plus près des modules DAC reçoivent électriquement la commande Sample & Hold depuis le CXD1125, ainsi que la ligne 5 V d’alimentation dédiée.

Pour en revenir à la mécanique BU-1, il s’agit de l’ensemble monté initialement sur le Sony CDP-502 et ses dérivés (CDP-302, CDP-102, etc), la carte HF installée en position verticale à l’arrière du châssis de cette mécanique version "E" étant spécifique au DX-6990 et divers lecteurs Sony équipés de l’optique BU-1E.

Onkyo DX-6990 / DX-G10 / C-2001
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Mécanique BU-1E


L’exemplaire que l’on m’a confié présentait un défaut de chargement du disque avec mauvais positionnement de presse disque, ce qui ne permettait pas le moindre début de lecture du support inséré.

J’ai entrepris un démontage avancé de l’appareil pour dans un premier temps régler le défaut mécanique, puis dans un deuxième temps observer les entrailles de ce lecteur et corriger d’éventuelles anomalies sur les différentes cartes.

PHOTOS

Onkyo DX-6990 / DX-G10 / C-2001
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Extraction de la mécanique équipée de l’optique BU-1(E)

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Nettoyage de la graisse collante sur la mécanique du presse-disque...

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Nettoyage de la graisse collante sur la mécanique du presse-disque... et remontage de l’ensemble

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Nettoyage du châssis mécanique, dégrippage du moteur de chargement et des engrenages associés

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Remplacement des courroies et graissage de l’ascenceur du tiroir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Nettoyage des guides de tiroir et remontage complet


À suivre, des photos de l’électronique, avec remise en état des deux cartes principales :

PHOTOS

Onkyo DX-6990 / DX-G10 / C-2001
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Essais de lecture et positionnement de fils pour la prise de mesures

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Signal RF parfait, début du démontage de l’électronique, avec la carte Digital et une vue des sorties optocouplées

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Servo-processeur, microprocesseur, et à droite entrées optiques de la carte analogique

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Les blocs noirs abritent les deux convertisseurs PCM64P. Une vue du moteur de réglage de niveau de sortie BF et une vue de la carte de sorties numériques

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Les deux cartes principales sont beaucoup moins présentables côté verso. Attaque des pistes et soudures par la colle néoprène

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

La carte digital avant et après lavage du flux de soudure séché. Une vue rapprochée de la carte analogique à remettre au propre

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Décapage de la carte analogique, remplacement du câblage en l’air, et lavage. Les parties cuivrées mises à nu seront vernies.


Le lecteur répond parfaitement ; la rapidité lors des changements de pistes est conforme à ce qu’on observe habituellement avec cette mécanique. La mesure de la puissance laser en sortie du bloc optique confirme la bonne santé de ce lecteur :

Onkyo DX-6990 / DX-G10 / C-2001
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Vérification de la puissance laser : 0.25 mW


Quelques photos du lecteur en test :

Onkyo DX-6990 / DX-G10 / C-2001
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Le lecteur en test


L’essai complet de l’appareil m’a permis de constater que la télécommande n’émettait pas :

Onkyo DX-6990 / DX-G10 / C-2001
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Réparation de la télécommande


Fin de chantier :

PHOTOS

Onkyo DX-6990 / DX-G10 / C-2001
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Fin de chantier


RECHERCHE