KENWOOD DPC-7

Dimensions : 126 x 29,8 x 128 mm
Poids : 0,910 kg
Année : 1986

Le Kenwood DPC-7 est le premier lecteur CD portable commercialisé par Kenwood, en 1986.
Cet appareil assez volumineux et lourd, mais d’une finition irréprochable vient concurrencer le Discman Sony commercialisé peu de temps avant le DPC-7. Contrairement aux baladeurs CD de la même période, l’afficheur est situé sur la partie supérieure du lecteur mais n’offre pas une meilleure lisibilité que ceux de ses concurrents situés sur le bandeau frontal, du fait de l’absence de rétroéclairage. La connectique complète propose deux sorties audio à niveau variable (casque et ligne) les deux pouvant être utilisées simultanément pour connecter deux casques stéréo.
Le lecteur est fourni avec un adaptateur externe DC-63 chargé de délivrer au baladeur la tension d’alimentation 9 V DC, ainsi qu’une batterie rechargeable LB-2 enfichable sous le lecteur.
Diverses fonctions de programmation sont disponibles, ainsi qu’un filtre passe bas commutable bien utile pour corriger une sonorité globalement assez portée sur les aiguës ; enfin, une touche permet de verrouiller l’ensemble des commandes.
Techniquement, il n’est pas surprenant de noter des similitudes entre les différents baladeurs CD de cette génération. Ainsi, le DPC-7 reprend des éléments déjà présents sur le Sony D-50MK2 mais adopte un chipset nouvellement développé par Sony et utilisé également sur le Sanyo CP12 (présenté dans la rubrique "Atelier" à cette page), deuxième modèle de la marque après le CP10. Voici le détail de ce chipset :

  • CXA1081M : amplificateur RF (idem Sanyo CP12)
  • CXA1082Q : Servo-processeur (idem Sanyo CP12)
  • CXA1083M : driver PWM (idem D-50 MK2)
  • CXD1130Q : DSP (décodeur EFM, PLL, détection et correction d’erreurs, asservissement de vitesse linéaire spindle, filtre numérique (idem Sanyo CP12)
  • CXP5024Q : microcontrôleur CMOS 4-bit / driver afficheur (idem Sanyo CP12 / D-50 MK2)
  • LC7880M : convertisseur N/A Sanyo 16-Bits (idem Sanyo CP12)
  • LC3517ALM : RAM statique (idem Sanyo CP12)

La mécanique de lecture est équipée d’un simple moteur disque DC à balais ainsi que d’un entrainement du bloc optique par courroie et vis sans fin.
Comme sur le Sony D-50MK2, le pilotage des deux moteurs (Sled et Spindle) ainsi que des bobines de focalisation et de tracking fin sont effectués par deux drivers PWM CXA1083, cette technologie permettant de diminuer la puissance moyenne délivrée par rapport à un étage driver linéaire.
Quant au bloc optique, il s’agit d’un modèle fourni par Mitsubishi, de référence MLP-6.
Même si cela reste très subjectif, le DPC-7 est un des plus beaux lecteurs CD vintage portables qui soient, certes totalement dépassé techniquement, mais le plaisir est ailleurs !

Assez peu fréquent sur le marché de l’occasion, il est possible d’acquérir assez facilement et pour un prix souvent raisonnable un de ses clones parmi les modèles suivants : Realistic CD-3100, Nesco PCD-30, Xenon CDP-03, BST Tom’ Disc, Citizen CBM-1000, ADC D-16M, Memorex CD-3100, et probablement d’autres encore.

Des photos de l’intérieur du Kenwood DPC-7 ainsi que quelques descriptions de pannes sont publiées dans la rubrique Atelier aux pages suivantes :
➔ Kenwood DPC-7 à l’atelier Partie 1
➔ Kenwood DPC-7 à l’atelier Partie 2

PHOTOS

RECHERCHE