PIONEER P-D1

Cliquez pour agrandir
Dimensions : 420 x 140 x 330 mm
Poids : 12,1 kg
Année : 1982

Alors que Pioneer semblait légèrement en recul dans la course au lancement du compact disc en raison de son investissement dans le développement et la promotion du vidéodisque, la marque lance son premier lecteur CD sous la référence P-D1 dès Octobre 1982, à l’écart des consortiums entre les marques concurrentes.
Ainsi le Pioneer P-D1 ne ressemble à aucun autre (plus esthétiquement que techniquement) et se positionne plus en haut de gamme, à l’image du Technics SL-P10. Comme ce dernier, il présente un chargement du disque par une trappe située sur la partie gauche frontale.
Le "hublot" permettant l’observation de la rotation du disque valut d’ailleurs à P-D1 d’être qualifié de "machine à laver". En dépit de cette comparaison peu flatteuse, le P-D1 dispose d’un afficheur très lisible et montre une belle finition et un look original.
En revanche, le lecteur pèche côté interface utilisateur, en raison de fonctions spéciales vraiment peu pratiques : l’avance et le retour rapides sont inexistants, seul le changement de morceau avant / arrière étant possible en accès direct. En (maigre) contrepartie, l’appareil propose une fonction de démarrage de la lecture au point voulu, en entrant le numéro de piste souhaité, le nombre de minutes, et le nombre de secondes où l’on souhaite démarrer la lecture. La programmation est assez compliquée et peu pratique, puisque le fait d’appeler le numéro suivant durant la lecture d’une séquence programmée annule le programme en cours et bascule la lecture en mode normal. Enfin, la fonction de recherche d’"Index" présente sur la majorité des premiers lecteurs est ici appelée recherche de "Phrase", le mot "Index" désignant le mot "Track" dans le mode d’emploi du P-D1, alors que "Track" est habituellement utilisé pour désigner un "morceau" ou une "piste" pour tous les autres lecteurs. Largement de quoi se perdre, mais cela participe du charme des premiers lecteurs, avant l’uniformisation de l’appellation des différentes fonctions.
Contrairement aux modèles concurrents, la trappe de chargement est à ouverture et fermeture manuelles, avec un simple verrouillage électrique par solénoïde. Pioneer évite ainsi les risques de dysfonctionnements inhérents aux mécanismes parfois trop complexes des tiroirs et trappes motorisés.
L’absence de prise casque, de sortie audio à niveau variable et de télécommande déçoit lors de la sortie du lecteur, pourtant proposé à un prix assez élevé.
Côté électronique, le P-D1 a recours aux circuits intégrés d’origine Sony CX7933/34/35 pour le traitement des données numériques, et au convertisseur numérique / analogique "Burr-Brown" PCM52JG ; quant au bloc optique, il s’agit du classique Olympus TAOHS. Pour apercevoir l’intérieur du lecteur, consultez cet article dans la rubrique "Atelier".
Véritable "collector" par sa rareté sur le marché de l’occasion, le P-D1 est remplacé par l’excellent P-D70 à la fin de l’année 1983, premier lecteur de la marque entièrement "home-made".

PHOTOS

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

DÉPLIANTS PUBLICITAIRES

Dépliants publicitaires pour le lecteur CD Pioneer P-D1.
Cliquez pour agrandir

Document 1 - Image 1

Cliquez pour agrandir

Document 1 - Image 2

Cliquez pour agrandir

Document 2 - Image 1

Cliquez pour agrandir

Document 2 - Image 2

Cliquez pour agrandir

Document 2 - Image 3


RECHERCHE
Loading