TECHNICS SL-P3

Cliquez pour agrandir
Dimensions : 430 x 82 x 334 mm
Poids : 5,3 kg
Année : 1984

Au deuxième semestre de l’année 1984, le constructeur japonais Technics propose une nouvelle gamme de lecteurs CD directement issue des SL-P7 et SL-P8 qu’elle vient remplacer au catalogue de la marque. Cet adroit lifting donne naissance à trois lecteurs au format salon (SL-P1/2/3), deux lecteurs au format midi (SL-PJ1/2) et deux lecteurs à vocation plus professionnelle (SL-P50/P15).
Le SL-P3 montré sur cette fiche est le plus complet de la gamme "salon" ; ses spécificités sont les suivantes :

  • Réglage numérique de niveau de sortie analogique accessible par deux touches +/- sur la face avant, et sorties RCA dédiées
  • Télécommande complète permettant le réglage de niveau de sortie
  • Possibilité de démarrage à la mise sous tension (fonction Timer)

C’est finalement bien peu de choses pour justifier la commercialisation de 3 lecteurs de références différentes mais de dimensions identiques ; d’autant que cette nouvelle gamme n’évolue que très peu par rapport à la précédente si ce n’est par la plus faible densité interne grâce à l’apparition du Chipset propriétaire MN6614/15/16 en boitier QFP monté en surface d’un mini circuit imprimé céramique double face. Tout au moins ce nouveau packaging permet-il un gain de place indéniable ainsi que l’utilisation d’une électronique commune sur les lecteurs "salon" et sur les lecteurs "midi" de la gamme.
Le convertisseur N/A Burr-Brown PCM-53JP-V remplace dorénavant le Technics AN6806, mais cela était déjà le cas en fin de production de la gamme précédente (SL-P75).
Côté mécanique, rien à signaler puisque le fabricant conserve l’ensemble mécanique des SL-P7 et P8 avec tracking et chargement du disque par courroies.
Extérieurement, les nouveaux lecteurs adoptent un clavier incliné, ce qui - avec le prisme rétroéclairé donnant l’illusion d’un positionnement vertical du disque - constitue le seul réel changement notable. Le manque de rigidité du châssis de la gamme précédente n’est malheureusement pas corrigé, ce qui procure une désagréable impression de "légèreté" aux modèles de format salon.
Avec cette nouvelle gamme distribuée jusqu’au milieu de l’année 1985, Technics se laisse distancer par les marques concurrentes, tant du point de vu de l’esthétique que du point de vue de la qualité de fabrication globale et de la fiabilité à moyen terme.

PHOTOS

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
RECHERCHE
Loading