TECHNICS SL-P500

Cliquez pour agrandir
Dimensions : 430 x 87 x 272 mm
Poids : 4,6 kg
Année : 1985

Le lecteur CD Technics SL-P500, qui succède au SL-P3 à la fin de l’année 1985, représente une sérieuse évolution au sein de la gamme Technics puisqu’il embarque de nombreuses améliorations par rapport aux premières générations de lecteurs Technics, SL-P1 / P2 / P3 inclus, ces derniers n’étant que des SL-P8 un peu modifiés grâce à un nouveau chipset essentiellement.
Avec le SL-P500, les parties mécaniques de chargement du disque et de lecture sont totalement revues avec l’emploi d’un système d’ouverture / fermeture utilisant un couple câble métallique / courroie et avec le montage d’un nouveau bloc optique S0AD20A mono-faisceau (système appelé FF1) mû par un électroaimant. Ce tracking linéaire garantit des déplacements et donc un accès aux pistes beaucoup plus rapides qu’avec un classique moteur DC couplé au bloc optique au moyen d’une courroie et d’engrenages.
C’est d’ailleurs ce bloc de lecture à la fiabilité largement accrue qui sera encore amélioré et monté sur les modèles suivants SL-P720 et SL-P1200 ainsi que leurs nombreux dérivés.
L’électronique fait aussi un bond en avant grâce à une forte intégration des composants : l’asservissement optique et l’APC sont réalisés par un unique circuit intégré AN8370S (Optical Servo Control) qui équipera aussi la future gamme mentionnée précédemment.
La pièce maîtresse n’en demeure pas moins le nouveau DSP baptisé MN6617 qui regroupe les fonctions de 3 circuits LSI installés sur les machines de la gamme précédente (pour le décodage EFM, le désentrelacement et la correction d’erreurs), en plus de l’asservissement de moteur disque.
Ce circuit intégré (MN6617) en boîtier QFP à 84 broches sera également monté sur le SL-P1200 et ses lecteurs dérivés quelques mois plus tard.
Une autre nouveauté et pas des moindres est l’apparition chez Technics du suréchantillonnage (x2), avec un l’emploi du filtre numérique MN6618 monté en amont du dernier-né des convertisseurs numérique / analogique Burr-Brown à réseau R-2R , le PCM54HP ; cette configuration de la partie audio sera utilisée sur le SL-P720 et servira également de base pour le SL-P1200.
L’ensemble de ces évolutions permettent un gain de place notamment grâce à un circuit imprimé principal aux dimensions encore réduites qui permettra un montage dans les lecteurs contemporains Technics au format "Midi" ; le SL-P500 perd ainsi 6 cm en profondeur.
En ce qui concerne l’esthétique et les fonctionnalités, le SL-P500 conserve le bandeau incliné du SL-P3 supportant les commandes principales ainsi que le prisme rétroéclairé situé au-dessus du tiroir offrant l’illusion d’un positionnement vertical du disque. Les fonctions secondaires sont nombreuses, la plupart étant accessible depuis la télécommande complète SH-R52 associée à l’appareil. On note que l’atténuateur numérique de niveau de sortie audio n’est plus disponible en face avant, mais uniquement depuis la télécommande, alors que les nouvelles fonctions Auto-Cue et Auto-Space font leur apparition sur le panneau de commande situé à droite de l’afficheur. Enfin, comme sur le SL-P3, le réglage de niveau de sortie casque s’effectue au moyen d’un potentiomètre linéaire.
Un lecteur réussi esthétiquement à la fiabilité (enfin) accrue, et qui préfigure la gamme plus emblématique du constructeur qui sera lancée quelque 6 mois plus tard.

PHOTOS

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
RECHERCHE
Loading