TOSHIBA XR-Z90

Cliquez pour agrandir
Dimensions : 420 x 135 x 340 mm
Poids : 9,7 kg
Année : 1982

Le premier lecteur Toshiba est un lecteur incontournable parmi ceux de la première génération. Le XR-Z90 fait partie des quelques chefs de file copiés par de nombreux constructeurs, et s’inscrit dans le petit groupe de lecteurs CD commercialisés au Japon dès le quatrième trimestre de 1982, sous la marque Aurex (XR-Z90).
Distribué sous la marque propriétaire ou sous les étiquettes Alpine, Luxman, ou Kenwood, ce lecteur se démarque des modèles concurrents par ses proportions proches de celles d’un bel ampli intégré.
L’approche est radicalement différente des premiers lecteurs Philips ou Sony, puisque le chargement du disque est de type frontal, à l’instar des concurrents Sharp DX-3, ou Hitachi DA-1000. Ce qui le différencie des deux modèles précités est sa grande simplicité d’utilisation, grâce à une notice d’utilisation très bien conçue, et des commandes parfaitement agencées ; les touches principales sont regroupées en haut à droite de l’afficheur, et une touche isolée permet de passer en une pression au morceau suivant durant l’écoute.
La programmation est possible pendant la lecture, ou encore en l’absence de disque dans le lecteur. Si cette facilité et cette souplesse d’utilisation semblent anodines de nos jours, il suffit de tenter une programmation sur un Hitachi DA-1000 ou une recherche de morceau sur un Sharp DX-3 pour percevoir les atouts de ce Toshiba XR-Z90.
Au rang des gadgets, on note un rappel sonore à chaque pression d’une touche permettant de confirmer son action, les touches à faible course étant une nouveauté à cette époque ; cette fonction peut être désactivée par un bouton situé sur le panneau arrière ("CHIRP").

Cliquez pour agrandir

L’impressionnant ensemble mécanique du Toshiba XR-Z90

Techniquement, le lecteur inaugure le bloc optique Olympus TAOHS, qui sera utilisé par la suite dans une majorité de lecteurs CD (OPH31 et son évolution OPH32, plus d’une cinquantaine de modèles de lecteurs toutes marques confondues), avec quelques modifications pour certains modèles.
La partie mécanique est une réalisation exemplaire avec un soin particulier accordé au déplacement radial du bloc optique, effectué au moyen d’une courroie et d’engrenages liés à un câble métallique. Cet ensemble, allié à une électronique parfaitement adaptée permet des temps d’accès "record" aux différents morceaux, ce dernier point contrastant fortement avec la lenteur d’accès du système choisi par le constructeur européen Philips.
Les cartes imprimées comportent pas moins d’une petite centaine de circuits intégrés essentiellement estampillés Toshiba, à l’exception de ceux des étages de traitement des données numériques et de conversion N/A, fournis par Sony (convertisseur CX890 ou CX20017, selon la date de fabrication du lecteur).

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Toshiba XR-Z90 - Bloc mécanique


Contrairement à la plupart des lecteurs à chargement du disque vertical, l’accés à l’ensemble mécanique est relativement simple. Le retrait de quelques vis accessibles et de quelques connecteurs suffit à extraire le bloc complet, trappe comprise. Étonnamment, l’opération est beaucoup plus simple que le retrait des deux circuits imprimés principaux, nécessitant un démontage avancé.
Toshiba reverra entièrement sa copie un an plus tard avec la commercialisation de son deuxième lecteur (chronologiquement), le modèle XR-Z70.

PHOTOS

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Toshiba XR-Z90 & Luxman DX-104


Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Toshiba XR-Z90


DÉPLIANTS PUBLICITAIRES

Dépliant publicitaire japonais pour le lecteur Toshiba (Aurex) XR-Z90 (Décembre 1982).
Cliquez pour agrandir

Image 1

Cliquez pour agrandir

Image 2


Cliquez pour agrandir

Image 3

RECHERCHE
Loading