YAMAHA CD-X1

Cliquez pour agrandir
Dimensions : 340 x 92 x 290 mm
Poids : 3,6 kg
Année : 1983

Le Yamaha CD-X1 est une vraie révolution lors de son apparition, fin 1983.
Successeur des superbes et massifs Yamaha CD-1 et Yamaha CD-1a, le CD-X1 est d’une conception radicalement différente. Tout d’abord, son poids (3,6 kg), en fait le lecteur le plus léger du moment, grâce à un châssis en plastique moulé. Ensuite, la présence de nouveaux circuits intégrés LSI et VLSI entièrement développés par Yamaha, permet à l’électronique de tenir sur un simple circuit imprimé. Ce nouveau chipset est composé par les circuits suivants :

  • YM-3511 : processeur d’asservissement mécanique
  • YM-2201 : processeur de signal numérique (décodeur EFM, contrôle de RAM, détection et correction d’erreurs, filtre numérique x2)

A noter que système est géré par un unique microcontrôleur CMOS 4-bit MSM6404, et que le CD-X1 est équipé d’un habituel (à cette époque) convertisseur numérique / analogique Burr-Brown PCM53JP-V.
C’est du côté de la mécanique de lecture que le CD-X1 surprend le plus avec un ensemble déconcertant de simplicité, en comparaison des solutions mécaniques employées par les concurrents d’alors grâce à l’emploi d’un simple châssis en tôle sur lequel sont fixées les quelques pièces plastiques nécessaires au chargement du disque, à l’abaissement du presse-disque et au déplacement de la tête de lecture MLP-1 fournie par Mitsubishi. Cet assemblage ingénieux est à mille lieues des mécaniques de lecture CD complexes et fragiles exploitées sur les modèles concurrents. Légèreté et rapidité sont ses atouts, et ceux du lecteur dans sa globalité.
L’esthétique un peu austère est égayée par un afficheur à segments de couleur rouge plutôt original bien qu’à la lisibilité assez faible, et par une petite fenêtre rétro-éclairée par une LED verte allumée lorsqu’un disque est chargé. Le succès commercial du Yamaha CD-X1 est indiscutable ; il fait d’ailleurs partie des lecteurs CD des premières générations les plus clonés. Ainsi, on le retrouve chez Sansui et Teac (les très rares PCV-300 et PD-11), et chez Sherwood ou Fisher et d’autres encore. Précisions qu’une très rare version couleur argentée du CD-X1 a été distribuée sur la marché japonais.
Le principal défaut du CD-X1, et non des moindres, s’avèrera être la malfaçon au niveau de l’assemblage des éléments constituant le bloc optique MLP-1 ; cette fragilité laisse peu d’espoir de trouver un lecteur équipé de ce type de bloc optique en état de fonctionnement. Une modification présentée dans la rubrique atelier à cette page permet néanmoins de profiter de ce plaisant petit lecteur.

PHOTOS

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
RECHERCHE